Actuel – 10.09.2015

100 ans et toujours aussi mordant

Le Canard Enchaîné, véritable survivant dans le paysage médiatique mondial, fête son premier siècle d’existence.

Première Une du Canard

Première Une du Canard

Toujours vêtu de noir, de rouge et de blanc, le Canard Enchaîné rencontre chaque mercredi le même succès depuis cent ans. Sans photos, ni publicité, ni véritable site internet, il a construit sa réputation à coups de révélations qui, depuis les années 1970, ont malmené les pouvoirs, poussant certains responsables à la démission. On ne peut que saluer la ténacité de cet hebdo, ainsi que la qualité de ses articles qui lui permettent de ne pas céder à l’appel du clic et à la volonté de plaire à tout prix aux annonceurs.

Si la première version du journal a bel et bien paru le 10 septembre 1915, elle a été «sabordée» par son fondateur, Maurice Maréchal, après cinq numéros. C’est l’année suivante, le 5 juillet 2016, que le Canard Enchaîné réapparait, avec une nouvelle formule. C’est donc ce jour-là que l’hebdo fêtera officiellement son centenaire.

A son âge avancé, le Canard réalise des ventes à faire pâlir ses concurrents avec une diffusion payée de 389.567 exemplaires en moyenne l’an dernier. Et même si ses abonnements ont baissé de 4,4%, les ventes en kiosque se sont quasiment maintenues (0,9%). Le Canard reste donc bénéficiaire…Comme quoi, il ne faut pas toujours agir comme les autres pour plaire. Citons Louis-Marie Horeau, rédacteur en chef du journal: «Le secret de la liberté, c’est d’être indépendant financièrement.»

Publicité

Votre commentaire

Veuillez remplir tous les champs.
Votre adresse e-mail n'est pas publiée.

* = obligatoire

Code de vérification *