Actuel – 02.02.2016

Des licenciements brutaux à la RSI?

Les syndicats impressum et SSM se disent scandalisés par les conditions dans lesquelles 18 personnes ont été licenciées à la Radio Télévision Suisse italienne. La direction dément, Roger de Weck demande des précisions. Par Loïc Delacour.

Dans leur communiqué commun publié le 27 janvier, Impressum et le Syndicat suisse des mass médias affirment que les employés licenciés ont été traités comme des délinquants. «Séance tenante, ils ont dû remettre leur badge d’accès à l’entreprise et leur compte informatique a été bloqué sur-le-champ. Ils ont ensuite été accompagnés à leur bureau par le répondant des Ressources humaines pour récupérer leurs effets personnels, puis accompagnés ensuite jusqu’à la porte. Dans certains cas, l’entreprise a même fait appel à des agents d’une entreprise de surveillance privée pour s’assurer qu’ils passent la porte.»

De son côté, le directeur de la RSI Maurizio Canetta a démenti et parlé de «mensonges»: «Il convient de faire quelques vérifications avant de propager des nouvelles si délicates, affirme-t-il. Les gens ne sont pas traités comme des criminels.»

En novembre dernier, la SSR avait annoncé, dans le cadre des mesures d’économie en lien avec la fin de la perception de la TVA pour la redevance, des suppressions de postes à la SRF, la RTS et à la RSI. Le licenciement de 18 collaborateurs de la RSI n’est pas contesté, mais la manière reste sujette à controverse dans la presse tessinoise. En visite à Lugano ce lundi 1er février, le directeur général de la SSR a déclaré vouloir encore analyser plus précisément les conditions de ces licenciements.

 

Publicité

Votre commentaire

Veuillez remplir tous les champs.
Votre adresse e-mail n'est pas publiée.

* = obligatoire

Code de vérification *