Actuel – 20.02.2018

Echec des négociations à l’ATS

Les négociations entre les délégations du conseil d’administration de l’ATS et de la Commission de la rédaction ont échoué. Une 4e ronde d’entretiens lundi n’a pas permis de surmonter les divergences sur le plan social. Au Seco de trancher?

Le conseil d’administration de l’ATS souhaite s’en remettre à l’arbitrage de l’Office fédéral de conciliation en matière de conflits collectifs du travail dépendant du Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco). Dès lors que les parties ont accepté son intervention, les décisions rendues par cette instance sont contraignantes. En clair, cela exclut toute reprise de la grève.

«Le conseil d’administration a prévu un plan social généreux, qui a encore été nettement amélioré lors des négociations. Etaient inclues également de bonnes solutions pour les 12 employés concernés par une mise à la retraite anticipée, ainsi que pour les 8 collaboratrices et collaborateurs licenciés sans solution de continuité. Le plan social atteint désormais 2,5 millions de francs. Un fonds pour les cas de rigueur a aussi été évoqué et doté de 100’000 francs», écrit le Conseil d’administration dans un communiqué.

De leur côté, les syndicats estiment que les principales revendications de la rédaction n’ont pas été remplies. Le recours à l’instance de conciliation du Seco mérite d’être examiné. Mais les syndicats posent comme condition préalable de suspendre toutes les mesures liées au plan de restructuration, afin d’éviter que la direction puisse mettre le personnel devant le fait accompli.

Syndicom réitère les principales exigences du personnel:

  1. Réduction des mesures de restructuration, basée sur une stratégie rédactionnelle développée en collaboration avec la rédaction
  2. Suspension de tous les licenciements et des mesures de restructuration jusqu’à ce qu’une stratégie rédactionnelle soit élaborée
  3. Plan social offrant notamment aux personnes proches de la retraite des conditions dignes de ce nom
  4. Reconnaissance du caractère de service public qui doit continuer de figurer dans les lignes directrices de l’agence
  5. Couverture du déficit par les réserves de l’ats (plus de 16 millions de francs), déficit causé par la pression sur les prix des éditeurs (et propriétaires de l’ats)

 

Publicité

 

À lire sur le même sujet: L’ats pour un média local, ça « dépanne » pas mal…

Sylvain Bolt

Sylvain Bolt

Journaliste Web pour Edito.ch/fr. Diplômé de l'Académie du journalisme et des médias de l'Université de Neuchâtel.

Votre commentaire

Veuillez remplir tous les champs.
Votre adresse e-mail n'est pas publiée.

* = obligatoire

Code de vérification *